Avis de tempête sur la Convention Collective Nationale du Travail du 15 mars 1966 !

Un contexte économique et social : L’austérité est un prétexte invoqué par nos employeurs qui ne manquent pas d’en abuser pour justifier leurs nouvelles propositions « low-cost ». La FEHAP (employeur de la CCNT du 31/10/1951) a tracé la voie en dénonçant cette convention, tout en obtenant néanmoins l’agrément par le ministère d’une position unilatérale des employeurs… Au final, qu’elle relève de l’économie sociale et solidaire ou du MEDEF et quel que soit l’habillage, une seule motivation mobilise les organisations patronales : baisser le coût du travail. Une méthode radicale : Echaudés par leurs échecs successifs, les employeurs déclarent cette fois qu’ils iront jusqu’au bout avec :

  •  Une préparation de la bataille unitaire et même unifiée, grâce à la future organisation patronale unique,
  •  Une mise en œuvre de gros moyens (consultants externes et recherches d’appuis politiques) en cette phase d’élaboration d’un texte nouveau,
  • Une présentation formelle aux partenaires sociaux.

Les employeurs savent bien que leur texte a peu de chance d’être validé par les organisations syndicales de salarié-e-s ; ils devraient donc probablement dénoncer la CCNT 66 au printemps 2015 pour aboutir à la clôture des négociations avant le 1er janvier 2017 (15 mois sont juridiquement nécessaires).

 

 

 

 

Télécharger au format

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.