Archives pour la catégorie Branche Aide à Domicile

Un mois de MARS en zone de turbulence pour un gouvernement à la solde du grand CAPITAL!

Manifestation contre la loi Travail à ROUEN : près de 10 000 personnes mobilisées

Le projet de loi « EL KHOMRI » est une totale remise en cause d’un siècle de droit du travail. Le code du travail est fait pour défendre le droit des agents, des salariés au travail, la future loi veut l’adapter à l’entreprise.

Il s’agissait de protéger les salarié-e-s, il s’agirait maintenant de défendre les entreprises. Il suffit pour s’en convaincre de lire l’article 1 de ce projet :

Article 1.- « Les libertés et droits fondamentaux de la personne sont garantis dans toute relation de travail. Des limitations ne peuvent leur être apportées que si elles sont justifiées par l’exercice d’autres libertés et droits fondamentaux ou par les nécessités du bon fonctionnement de l’entreprise et si elles sont proportionnées au but recherché. »

En clair, le bon fonctionnement de l’entreprise justifierait des atteintes aux droits fondamentaux des salarié-e-s et des agents !

Le gouvernement cède aux exigences des actionnaires et du patronat pour remettre en cause les contrats de travail et les droits collectifs des travailleurs, ce qui aura comme conséquences d’accentuer la flexibilité, la concurrence entre travailleurs et donc la précarité des emplois. C’est aussi une claque à la jeunesse qui sera la première touchée alors qu’elle avait refusé le CPE.

La loi El Khomri, c’est :

  • la suppression des 35 heures
  • Plafonner les indemnités dues en cas de licenciement abusif
  • Faciliter les licenciements économiques même dans les entreprises et groupes sans difficulté mais capables de déguiser la baisse d’activité…
  • Individualiser les contrats de travail…
  • Remettre en cause les statuts de la Fonction Publique…
    Les accords d’entreprises qui primeraient sur les droits collectifs…
  • Flexibiliser les horaires avec des journées de 12h00 et des semaines de 60h00/semaine sur 16 semaines glissantes…
  • Majorer les heures supplémentaires à 10%… (au lieu de 25% actuellement)
  • Fractionner les heures de repos…
  • Baisser les salaires…
  • Supprimer les temps d’astreinte…
  • Mettre en place des référendums pour faciliter la pression directe sur des personnels…
  • Etendre les forfaits-jours…
  • Augmenter le temps de travail des apprentis…
  • Supprimer les Inspections du Travail et les Médecines du Travail.
En un mot rendre les agents et les salariés corvéables et malléables…

Dès que le projet de loi a été connu, les salarié-e-s ont exprimé spontanément leur mécontentement sur le contenu et ont massivement signé la pétition sur internet(https://www.change.org/p/loi-travail-non-merci-myriamelkhom…), ce qui a contraint le gouvernement à repousser la présentation du texte au conseil des ministres.
La CGT se félicite de cette mobilisation et s’engage à tout mettre en œuvre pour qu’un mouvement social large et puissant se développe.

Ce projet n’est ni amendable, ni négociable.

Nous exigeons le Retrait du projet de loi « El Khomri-MEDEF » !

>Le code du travail doit être un socle garantissant, des droits et garanties collectives des salariés, acceptables et pouvant être améliorés par la négociation collective.

>La durée légale du travail devrait être abaissée à 32H avec maintien de salaire et renvoi aux modalités par négociation collective, afin de créer des emplois et d’aller dans le sens de l’histoire et du progrès social.

>La durée légale doit être la même pour l’ensemble des salariés, le contingent d’heures supplémentaires et le niveau de leur majoration, fixés par la loi sans possibilité de dérogation défavorable par accord collectif.

>Les heures supplémentaires doivent, par conséquent, être rigoureusement encadrées par la loi, afin de prévenir toute entrave à l’embauche.

>Un droit à la déconnexion doit être instauré, afin d’encadrer l’usage des nouvelles technologies d’information et de communication dans l’organisation du travail.

>Le rôle des instances représentatives des personnels (IRP) doit être consolidé et amélioré dans son rôle de contre-pouvoir et de défense des intérêts des salariés, face au pouvoir de direction de l’employeur.

EXIGEONS POUR NOTRE AVENIR ET NOS EMPLOIS UNE VRAI REFORME DU CODE DU TRAVAIL :

TOUS ENSEMBLE ENGAGEONS-NOUS DANS L’ACTION !

Un Premier rendez-vous de grande ampleur qui en appelle d’autres!

On continue avec les retraité-e-s, manifestation le jeudi 10 Mars,

Jeudi 22 mars, journée d’action autour des négociations salariales dans la fonction publique,

LE JEUDI 31 MARS : MANIFESTATION UNITAIRE DE GRANDE AMPLEUR PARTOUT EN FRANCE
le 31 mars 2016

Le 31 mars, les salarié-es, les privé-es d’emplois, les jeunes, les retraité-es ont toutes les raisons de se mobiliser ensemble, par toutes les formes, y compris par la grève et les manifestations sur tous le territoire, pour obtenir le retrait du projet de loi de réforme du code du travail, et pour l’obtention de nouveaux droit, synonymes de progrès social, pour gagner aussi une autre répartition des richesses dans une société solidaire.

Appel de l’assemblée générale du 25 juin de l’Union Syndicale départementale Santé-Action Sociale.

Union Syndicale Santé – Action Sociale 76

Les syndicats et syndiqués de l’USD Santé –Action Sociale de Seine maritime réunis le 12 juin en assemblée générale à Grand Quevilly appellent les syndiqués et salariés des établissements publics, privés, associatifs de la santé et de l’action sociale à participer à la journée de grève et d’actions nationales professionnelles et interprofessionnelles du 25 juin 2015.

Ils appellent à construire une mobilisation la plus unanime possible, à partir des revendications et des préoccupations des salariés, et à participer aux  divers rassemblements prévus dans le département.

 

Materiel syndical 2 manif du 25 juin 2015

  • 10h Devant l’ARS à Rouen, une demande de rencontre sera programmée.
  • 10h30 en intersyndicale avec FO et SUD devant le Théâtre des Arts lors du congrès des présidents des conseils de régions en présence des ministres.

Télécharger au format

Lettre ouverte au Président de la République.

Monsieur le Président,

De manière exceptionnelle, les organisations syndicales de la Fonction Publique (CGT – FSU – FO – SOLIDAIRES – FAFP) ont décidé unitairement de s’adresser à vous.
La situation des agents, les missions essentielles qu’ils mènent pour le bien de la population et pour l’intérêt général, leurs conditions d’exercice se sont extrêmement dégradées et deviennent préoccupantes.
En effet, de trop nombreuses années de politiques d’affaiblissement de la Fonction publique – avec lesquelles, malheureusement, vous n’avez pas effectué toutes les ruptures attendues – conduisent aujourd’hui à un constat particulièrement inquiétant.

Le gel de la valeur du point d’indice entamé depuis 2010, mesure injuste…. Continuer la lecture de Lettre ouverte au Président de la République. 

La distribution des médicaments par les auxiliaires de soins…

Contrairement à la profession d’infirmière, dont les compétences sont définies par le Décret n° 2004-802 du 29 juillet 2004, les Aides Soignants (AS), les Aides Médico Psychologiques (AMP) et les Auxiliaires de Puericultures (AP) exercent quotidiennement leur métier dans l’insécurité et l’interrogation quand à l’engagement de leur responsabilité, et la distinction entre collaboration et glissement de tâches. La distribution des médicaments est emblématique de ces problématiques.

Cette article a donc pour vocation de clarifier les dispositions législatives encadrant la distribution des médicaments par les auxiliaires de soins, ainsi que de préciser l’organisation du circuit du médicaments et les responsabilités de chaque acteur. Enfin nous dégagerons les enjeux revendicatifs dont doivent se saisir les salarié-es pour faire reconnaître leurs compétences et sécuriser au maximum leurs pratiques professionnels.

Les Agents de Services Hospitaliers (ASH) ne peuvent pas aider à la prise ou procéder à la distribution des médicaments. C’est pourquoi cette article ne fait pas mention de ces professionnels. En revanche les éducateurs spécialisés et moniteurs éducateurs en tant qu’accompagnant des gestes de la vie courante dans les établissements sociaux trouveront dans cette article des éléments les aidants à se positionner sur la question de la distribution . Continuer la lecture de La distribution des médicaments par les auxiliaires de soins… 

TOUS EN GREVE LE 25 JUIN 2015 !

Ça suffit !

Il faut mettre un terme à cette politique de baisse des dépenses publiques, il faut mettre un coup d’arrêt aux suppressions de postes, à la dégradation des conditions de travail dans nos établissements et services, au gel des salaires et rémunérations et à la dégradation du service public.

 

S’appuyant sur la mobilisation qui s’est exprimée le 9 avril, les Fédérations Syndicales CGT, FO et SUD, prennent leurs responsabilités en appelant à une journée de grève nationale et de manifestations devant les ARS, les préfectures, etc… ainsi qu’à un rassemblement devant le ministère le 25 juin 2015 pour exiger :

 Le retrait du pacte de responsabilité et du projet de loi santé ;
 L’arrêt des fermetures de lits et services ;
 L’abandon de toutes les mesures d’économie qui asphyxient les établissements
et les services ;
 Le maintien de tous les postes et l’embauche d’effectifs qualifiés en mesure de
répondre aux besoins de la population avec des conditions de travail décentes ;
 La défense des droits statutaires et conventionnels de la BASS ;
 L’augmentation générale des salaires ;
 L’arrêt de la casse des métiers du social.

Le gouvernement doit prendre en compte les revendications
des personnels des secteurs de la santé, du médico-social et du social.

Ne pas le faire provoquera une dégradation profonde et durable du climat social dans ces secteurs et au-delà.

affiche 25 juin 2015

 

Télécharger au format