Archives pour la catégorie Formation syndicale

En direct de Union Fédérale CGT des Retraité-e-s de la Santé et de l’Action Sociale

« Il ne suffit pas de s’indigner…Il faut résister !»

logo UFRComme elle est d’actualité cette interpellation de Georges Séguy !

Georges est décédé au cœur de l’été, laissant dans la peine la grande famille CGT.
Oui, résister résolument en cette rentrée 2016, pour défendre notre Pouvoir d’achat attaqué de toutes parts : par la non revalorisation de nos pensions, par les conséquences de l’indexation de ces dernières sur l’inflation et non sur les salaires, par l’augmentation des impôts pour nombre d’entre nous du fait des dernières mesures,
par des «restes à charge» insupportables sur les soins…

Continuer la lecture de En direct de Union Fédérale CGT des Retraité-e-s de la Santé et de l’Action Sociale 

Un mois de MARS en zone de turbulence pour un gouvernement à la solde du grand CAPITAL!

Manifestation contre la loi Travail à ROUEN : près de 10 000 personnes mobilisées

Le projet de loi « EL KHOMRI » est une totale remise en cause d’un siècle de droit du travail. Le code du travail est fait pour défendre le droit des agents, des salariés au travail, la future loi veut l’adapter à l’entreprise.

Il s’agissait de protéger les salarié-e-s, il s’agirait maintenant de défendre les entreprises. Il suffit pour s’en convaincre de lire l’article 1 de ce projet :

Article 1.- « Les libertés et droits fondamentaux de la personne sont garantis dans toute relation de travail. Des limitations ne peuvent leur être apportées que si elles sont justifiées par l’exercice d’autres libertés et droits fondamentaux ou par les nécessités du bon fonctionnement de l’entreprise et si elles sont proportionnées au but recherché. »

En clair, le bon fonctionnement de l’entreprise justifierait des atteintes aux droits fondamentaux des salarié-e-s et des agents !

Le gouvernement cède aux exigences des actionnaires et du patronat pour remettre en cause les contrats de travail et les droits collectifs des travailleurs, ce qui aura comme conséquences d’accentuer la flexibilité, la concurrence entre travailleurs et donc la précarité des emplois. C’est aussi une claque à la jeunesse qui sera la première touchée alors qu’elle avait refusé le CPE.

La loi El Khomri, c’est :

  • la suppression des 35 heures
  • Plafonner les indemnités dues en cas de licenciement abusif
  • Faciliter les licenciements économiques même dans les entreprises et groupes sans difficulté mais capables de déguiser la baisse d’activité…
  • Individualiser les contrats de travail…
  • Remettre en cause les statuts de la Fonction Publique…
    Les accords d’entreprises qui primeraient sur les droits collectifs…
  • Flexibiliser les horaires avec des journées de 12h00 et des semaines de 60h00/semaine sur 16 semaines glissantes…
  • Majorer les heures supplémentaires à 10%… (au lieu de 25% actuellement)
  • Fractionner les heures de repos…
  • Baisser les salaires…
  • Supprimer les temps d’astreinte…
  • Mettre en place des référendums pour faciliter la pression directe sur des personnels…
  • Etendre les forfaits-jours…
  • Augmenter le temps de travail des apprentis…
  • Supprimer les Inspections du Travail et les Médecines du Travail.
En un mot rendre les agents et les salariés corvéables et malléables…

Dès que le projet de loi a été connu, les salarié-e-s ont exprimé spontanément leur mécontentement sur le contenu et ont massivement signé la pétition sur internet(https://www.change.org/p/loi-travail-non-merci-myriamelkhom…), ce qui a contraint le gouvernement à repousser la présentation du texte au conseil des ministres.
La CGT se félicite de cette mobilisation et s’engage à tout mettre en œuvre pour qu’un mouvement social large et puissant se développe.

Ce projet n’est ni amendable, ni négociable.

Nous exigeons le Retrait du projet de loi « El Khomri-MEDEF » !

>Le code du travail doit être un socle garantissant, des droits et garanties collectives des salariés, acceptables et pouvant être améliorés par la négociation collective.

>La durée légale du travail devrait être abaissée à 32H avec maintien de salaire et renvoi aux modalités par négociation collective, afin de créer des emplois et d’aller dans le sens de l’histoire et du progrès social.

>La durée légale doit être la même pour l’ensemble des salariés, le contingent d’heures supplémentaires et le niveau de leur majoration, fixés par la loi sans possibilité de dérogation défavorable par accord collectif.

>Les heures supplémentaires doivent, par conséquent, être rigoureusement encadrées par la loi, afin de prévenir toute entrave à l’embauche.

>Un droit à la déconnexion doit être instauré, afin d’encadrer l’usage des nouvelles technologies d’information et de communication dans l’organisation du travail.

>Le rôle des instances représentatives des personnels (IRP) doit être consolidé et amélioré dans son rôle de contre-pouvoir et de défense des intérêts des salariés, face au pouvoir de direction de l’employeur.

EXIGEONS POUR NOTRE AVENIR ET NOS EMPLOIS UNE VRAI REFORME DU CODE DU TRAVAIL :

TOUS ENSEMBLE ENGAGEONS-NOUS DANS L’ACTION !

Un Premier rendez-vous de grande ampleur qui en appelle d’autres!

On continue avec les retraité-e-s, manifestation le jeudi 10 Mars,

Jeudi 22 mars, journée d’action autour des négociations salariales dans la fonction publique,

LE JEUDI 31 MARS : MANIFESTATION UNITAIRE DE GRANDE AMPLEUR PARTOUT EN FRANCE
le 31 mars 2016

Le 31 mars, les salarié-es, les privé-es d’emplois, les jeunes, les retraité-es ont toutes les raisons de se mobiliser ensemble, par toutes les formes, y compris par la grève et les manifestations sur tous le territoire, pour obtenir le retrait du projet de loi de réforme du code du travail, et pour l’obtention de nouveaux droit, synonymes de progrès social, pour gagner aussi une autre répartition des richesses dans une société solidaire.

CONSULTATION NATIONALE des Syndicats de la Branche Associative Sanitaire et Sociale

Suite aux décisions de sa Commission Exécutive réunie le 8 avril 2015, la Fédération CGT consulte les syndicats relevant de la BASS. Avec pour objectif la construction du rapport de force nécessaire à l’impulsion d’une journée d’action nationale des salarié-e-s de ce secteur en septembre.

CONSULTATION NATIONALE

 

Télécharger au format

 

 

FORMATIONS CNRACL 2017

La CNRACL (Caisse Nationale de Retraite des Agents des Collectivités Locales) propose des formations pour les agents titulaires de la Fonction Publique Hospitalière.
Ce sont des formations purement techniques, réalisées par des formatrices ou formateurs de la Caisse des dépôts. Elles sont ouvertes aux militantes et militants des différentes organisations syndicales de la Fonction Publique.
Il est nécessaire de compléter cette formation par des initiatives CGT proposées par l’interpro ou les organisations de notre Fédération.
La CNRACL prend en charge les frais de formation (transport, hébergement, restauration).

 

Formation «Invalidité»  2017 à Bordeaux :

  • du 15 au 18 mai,

  • du 12 au 15 juin,

  • du 26 au 29 juin,

  • du 11 au 14 septembre,

  • du 25 au 28 octobre,

  • du 16 au 19 octobre.

 

 
Cette formation de 2 jours s’adresse, en priorité,aux militant-e-s
élu-e-s en CAP qui siègent en commission de réforme, ou à des
camarades qui assurent la formation pour ces commissions.
 
IL SERA DONNÉ PRIORITÉ AUX CAMARADES ISSU.E.S DES RÉGIONS DANS LESQUELLES SE TIENNENT CHACUNE DES SESSIONS.

FORMATION «COMMISSION DE RÉFORME»

 
Les différentes dates proposées pour 2017 :
 
  • Les 16 et 17 mai à Nantes,

  • Les 30 et 31 mai à Caen,

  • Les 20 et 21 juin à Limoges,

  • Les 27 et 28 septembre à Nimes,

  • Les 3 et 4 octobre à Metz,

 

Les 17 et 18 octobre à Paris.

Télécharger le bulletin de pré-inscription pour les formations CNRACL 2017.

 

 

 

Formation syndicale  » Négocier pour gagner Spécial accueuil personnes agées » du 16 au 18 Mars 2015 inclus

DESCRIPTIF DE LA FORMATION:

→Apprendre à négocier pour conquérir de nouveaux droits. Approfondir le rôle  et les missions du CTE.

→Apprendre à travailler collectivement, à faire équipe.

→Etablir un plan de travail. Consulter les salarié(e)s…

→Créer un réseau pour mutualiser les moyens, se sentir moins isolé(e)s et être plus solidaires.

Fiche d’inscription USD CPA 2015               Demande de formation CTE

Télécharger au format          Télécharger au format

Demande de formation FPH                         Descriptif de stage Négocier pour gagner 

Télécharger au format            Télécharger au format

 

 

Le temps de travail des salariés du secteur privé.

Dans les établissements du secteur privé, la durée légale du travail est fixée à 35 heures par semaine civile, soit une durée annuelle de 1607 heures maximum.

La semaine civile débute le lundi à 0 heure et se termine le dimanche à 24 heures. Continuer la lecture de Le temps de travail des salariés du secteur privé. 

Le pacte de responsabilité poursuit la détérioration de notre Sécurité Sociale !

Le Pacte antisocial met notre Sécurité Sociale en danger !La boîte de Pandore est ouverte : ce sont nos impôts qui vont financer la Sécurité Sociale en compensation
des mesures du Pacte Hollande/MEDEF.
C’est tout le système de financement de la protection sociale qui est menacé.

 

pacte de responsabilité

 

Continuer la lecture de Le pacte de responsabilité poursuit la détérioration de notre Sécurité Sociale ! 

Organisation du travail en 2 x 12 h Les risques pour la santé et la sécurité des travailleurs.

Dans les hôpitaux la mise en place de postes longs de 12 heures progresse. C’est un des moyens trouvés par nos directions pour faire face à la pénurie de personnels qualifiés et surtout aux budgets toujours plus restreints.

travail en 12h Continuer la lecture de Organisation du travail en 2 x 12 h Les risques pour la santé et la sécurité des travailleurs. 

Délégué(e) syndical(e) CGT dans l’entreprise

Le délégué syndical représente son syndicat auprès de l’employeur et assure la défense des salariés.

Il peut notamment :

  • formuler des propositions, des revendications ou des réclamations,
  • assister le salarié qui le souhaite lors d’un entretien préalable à une sanction disciplinaire,
  • assister les salariés auprès du conseil des prud’hommes

Chaque année, les délégués syndicaux négocient avec l’employeur notamment sur :

  • les salaires, la durée et l’organisation du temps de travail,
  • les objectifs d’égalité professionnelle entre hommes et femmes,
  • les mesures relatives à l’insertion professionnelle et au maintien dans l’emploi des travailleurs handicapés.

L’employeur doit aussi engager chaque année, en l’absence d’accord existant, une négociation avec les délégués syndicaux sur :

  • l’épargne salariale (intéressement, participation ou plan d’épargne),
  • les conditions de mise en place d’un régime de prévoyance maladie,
  • le droit d’expression des salariés.

L’employeur et les syndicats peuvent également à tout moment, en dehors des négociations obligatoires, négocier sur des thèmes qu’ils choisissent.

Qui peut être délégué syndical CGT et comment est-il désigné ?

Quels sont les critères à remplir par le candidat ?

Le salarié candidat aux fonctions de délégué syndical doit :

  • avoir 18 ans,
  • adhérer à un syndicat représentatif,
  • travailler dans l’entreprise depuis un an minimum (ou 4 mois en cas de création d’entreprise ou d’ouverture d’établissement),
  • n’avoir fait l’objet d’aucune interdiction, déchéance ou incapacité relative à ses droits civiques.

Dans quelles conditions est-il désigné ?

Les délégués syndicaux sont désignés selon la taille de l’entreprise.

Dans les entreprises de moins 50 salariés, il n’y a pas délégué syndical, sauf convention ou un accord collectif contraire ou si un délégué du personnel est désigné comme délégué syndical.

Dans les entreprises de 50 salariés et plus, les délégués syndicaux sont désignés parmi les candidats aux élections professionnelles. Ils doivent avoir recueilli, à titre personnel et dans leur collège, au moins 10% des suffrages exprimés au 1er tour des dernières élections au comité d’entreprise ou de la délégation unique du personnel  ou des délégués du personnel. En l’absence de candidat justifiant d’un score électoral d’au moins 10 %, le syndicat peut désigner un candidat qui a réalisé un score moindre ou un de ses adhérents dans l’entreprise ou l’établissement.

Image de prévisualisation YouTube